Nous avons 222 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Les indignés : de l'échec à la chouannerie ?

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Dans une indifférence quasi-totale, les derniers « indignés » qui campaient devant la Banque Centrale Européenne à Francfort ont été évacués lundi dernier par les forces de l'ordre qui, d'ailleurs, n'ont pas rencontré grande résistance : ainsi, ce mouvement que l'on disait né du petit livre « Indignez-vous ! » de Stéphane Hessel se termine sur un sévère constat d'échec pratique et montre les limites de ce mode d'action peut-être trop médiatique pour pouvoir survivre, justement, à l'éloignement rapide des médias au bout de quelques jours... D'ailleurs, La Croix est le seul quotidien français qui ait consacré deux articles le même jour (mardi 8 août 2012) à cette évacuation de la veille et à un essai de compréhension de ce mouvement et de sa fin (provisoire ?).


A Francfort comme hier à Paris ou à New-York, « une protestation s'était élevée contre les excès de la financiarisation du monde et les conséquences dramatiques que ces dérives entraînent sur la vie quotidienne de millions de personnes à travers le monde. ». Cette protestation était multiple et plutôt désordonnée mais elle semblait remettre en cause, sinon la mondialisation, en tout cas sa forme actuelle, c'est-à-dire libérale : c'était déjà cela, mais n'était-ce pas insuffisant pour être efficace ? N'aurait-il pas fallu réfléchir sur la mondialisation elle-même et ses effets concrets sur les conditions sociales de travail et d'existence des classes productives, c'est-à-dire des travailleurs, mais aussi sur l'environnement et la nature même de la société et des hommes et de leur dignité ?



La Croix évoque, au-delà de ces questions pourtant nécessaires, la fragilité de ce mouvement qui tient aussi à sa nature : « Pouvait-il en être autrement de manifestations dont la marque était l'absence de revendications précises et de leaders ? Un cri de refus peut-il faire naître un mouvement social ? Sans doute pas. » Ce côté impolitique du mouvement des indignés l'a sans doute desservi mais l'inverse ne l'aurait pas forcément mieux servi si l'on constate l'incapacité d'une certaine Gauche à être autre chose qu'une forme de faire-valoir au système de la mondialisation et de la société de consommation, comme le mouvement de 1968 l'a si bien montré jadis... Un autre élément d'explication de l'échec des indignés c'est, comme le souligne le politologue allemand Tadzio Müller, le fait qu'existe « parmi les membres du mouvement un individualisme très fort, ceux-ci considérant que chacun ne peut être représenté que par soi-même ». Il est intéressant de noter que ce que disent les royalistes depuis longtemps sur le leurre de l'individualisme face aux institutions financières se trouve là encore confirmé dans la réalité : l'individualisme est une impasse parce que ses valeurs mêmes sont celles du Système capitaliste que les indignés combattent...


Le mouvement des indignés a échoué (provisoirement, peut-être) faute de s'être enraciné dans une culture politique et d'avoir une stratégie de long terme, au-delà de l'immédiateté et de l'individualisme. Pourtant, il aura signifié une véritable colère, encore maladroite et plus médiatique que véritablement fondatrice, et il n'a pas été complètement inutile, en montrant que sont possibles des possibilités de contestation de ce Système qui, aujourd'hui, déstructure les sociétés et broie les hommes-producteurs quand elle hypnotise les hommes-consommateurs.


Sans doute faudra-t-il, en France, passer de cette indignation anarchique et, finalement, étouffée par une Gauche social-démocrate que M. Hessel, lors de l'élection présidentielle, a rejoint sans états d'âme, à une véritable chouannerie, éminemment politique et sociale, qui pense en terme de société et d'Etat et non en seuls termes d'individus individualistes et de « droits » sans devoirs. Une nouvelle chouannerie qui, enracinée et libre à la fois des seuls critères économiques (sans les méconnaître pour autant) et des jeux partisans et politiciens chers à M. Hessel, transformera l'indignation en cette juste colère contre le règne de « l'économie sauvage » et pour le retour du politique, non comme simple contrainte mais comme élan et espérance. Quand l'indignation prendra la mondialisation pour cible et qu'elle s'émancipera des préjugés contemporains, elle aura une chance de faire trembler sur ses bases un Système qui tient d'abord sur sa capacité de séduction alliée à celle de la surveillance « ludique »...



Puisque la Gauche a enterré sans larmes le mouvement des indignés dont elle n'avait plus besoin, il faudra bien poser alors les vraies questions du politique et de ses meilleures chances de s'imposer à l'économique et à la « fortune anonyme et vagabonde », et la réponse passe, en France, par le levier institutionnel... En France, ce levier, qu'on le veuille ou non, c'est bien la Monarchie politique, active et décisionniste.


Mis à jour (Dimanche, 12 Août 2012 19:32)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir