Nous avons 119 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Le prix de l'essence...

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La question du prix des carburants revient aujourd’hui dans l’actualité avec la hausse continue du prix de l’essence et la possibilité évoquée par le gouvernement, sinon de bloquer les tarifs, du moins de baisser « provisoirement et modestement » les taxes sur les produits pétroliers… Pourtant, ce n’est pas en France que l’on paye le plus cher le carburant : en Italie, le litre d’essence (super sans plomb 95) oscille entre 1,82 et 2 euros tandis qu’en Allemagne, il atteint 1,70. D’ailleurs, la réponse du gouvernement fédéral allemand à la proposition française est de souligner qu’il n’est pas de la responsabilité de l’Etat, quel qu’il soit, de fixer les prix des carburants, ce qui n’est pas entièrement faux.



La mesure française sur le prix de l’essence sera prise et officialisée la semaine prochaine, autour du 28 août, c’est-à-dire après la grande vague des retours de vacances : autant dire qu’il s’agit pour l’Etat de ne pas risquer de grever son budget au moment où la question des déficits publics annonce des mesures beaucoup plus douloureuses encore que le passage à la pompe pour le particulier voyageur…


Mais il faut être clair : quoique le gouvernement décide, les prix pétroliers sont appelés, plus ou moins vite et avec plus ou moins de constance, à augmenter, la ressource diminuant et la demande des nouvelles puissances émergées étant de plus en plus forte. Il est temps de prendre acte de la fin du pétrole à bas coût, et, au-delà, de l’énergie peu chère : les ressources énergétiques non-renouvelables s’épuisent, inéluctablement, et celles, renouvelables, qui pourraient utilement prendre le relais ne sont pas encore totalement maîtrisées ni simplement exploitées au maximum de leurs capacités.


C’est un programme d’économies qu’il faut engager, et vite, couplé avec un programme de recherche et de développement des techniques susceptibles d’exploiter au mieux les ressources disponibles actuelles et de les renouveler dans la mesure du possible, sans omettre de travailler sur les énergies de l’avenir (issues de la mer, du soleil ou du vent, par exemple) : le rôle de l’Etat est d’inciter les citoyens-consommateurs à mieux et moins consommer, et à leur donner les moyens d’acquérir une meilleure maîtrise de l’énergie qu’ils achètent ; il est aussi de préparer une stratégie énergétique nationale pour le long terme, stratégie qui doit prendre en compte les données nouvelles de l’état des ressources et ne pas négliger les enjeux environnementaux, contrairement à l’attitude des Etats-Unis ou d’autres puissances, les uns et les autres trop peu respectueux des équilibres de la planète et des conséquences sur les paysages et les écosystèmes, des zones polaires aux fonds marins…


La question énergétique, qu’il faudrait d’ailleurs conjuguer au pluriel, est une question majeure et ne se limite pas au domaine économique : elle touche au sens même de notre société et au sort de la planète. Mais une République soumise à la pression des grands groupes industriels, pétroliers ou électriques, tout comme à celle des consommateurs-électeurs, peut-elle envisager une politique de long terme quand elle est bornée par les échéances électorales quinquennales ? Le doute est permis… et la réponse se trouve, et là sans aucun doute, dans la recherche et la promotion de nouvelles institutions qui s’appuient sur le temps au lieu d’en être l’otage


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir