Nous avons 188 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Contre le gâchis alimentaire.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Comme chaque année, la question alimentaire revient dans les médias à l’automne, avant l’ouverture (dans quelques semaines) des Restos du cœur initiés par Coluche il y a déjà bien longtemps, à la suite des soupes populaires d’antan, malheureusement encore d’actualité. La montée rapide du chômage ces derniers mois, la désindustrialisation qui s’accélère tandis que l’agriculture elle-même perd 200 exploitations chaque semaine, la pauvreté qui s’installe à nouveau durablement dans notre pays, parfois au cœur même des villes… : autant de motifs inquiétants qui expliquent que cette question alimentaire mérite un véritable engagement de la Cité pour tenter de la résoudre ou, du moins, d’en atténuer les effets en travaillant en même temps à en réduire les causes profondes.


Justement, samedi dernier, un banquet organisé par Canal + sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris était servi gratuitement à 5.000 personnes, un banquet d’ailleurs un peu original à base de fruits et légumes, et qui avait le mérite de poser, sur ce sujet alimentaire, de bonnes questions et de montrer tout l’intérêt d’une approche qui ne soit pas que caritative mais aussi plus générale. Dans son édition du samedi 13 octobre, Le Parisien explique que « biscornus, légèrement abîmés ou simplement trop gros ou trop petits, ces fruits et légumes auraient dû finir au rebut, faute de correspondre aux critères esthétiques de la grande distribution ». Quel gâchis, peut-on penser à l’évocation de telles destructions alimentaires, à l’heure même où tant de nos concitoyens ne se nourrissent plus correctement ni parfois suffisamment !


Des militants royalistes lors d'une "Soupe du Roi" destinée à aider les moins chanceux de nos concitoyens : lors de ces repas, rien n'est gaspillé ni perdu !

 


Selon le journal, « alors que 1 milliard d’hommes souffrent de malnutrition, un tiers de la production alimentaire mondiale est gâchée. (…) Chaque Français gaspille en moyenne, par an, jusqu’à 155 kg de nourriture. » Dans ce même quotidien, on apprend que « 21 % des aliments achetés par les Français sont jetés »… Il y a là un véritable problème qui tient aux comportements induits par la logique d’une société de consommation qui est, comme le signale Serge Latouche, l’un des principaux théoriciens de la décroissance en France, une société de « surabondance » et, par là même, de gaspillages organisés (par la grande distribution) et validés (malheureusement et souvent inconsciemment) par les consommateurs.


« Consommer pour produire », telle est la devise de la société de consommation et cette stratégie rompt avec les équilibres à la fois économiques et environnementaux traditionnels, car elle entraîne un véritable emballement de la consommation/achat ou des moyens pour faire acheter au risque, d’ailleurs, de ne pouvoir consommer concrètement tout ce qui a été « consommé » financièrement. L’acte d’achat n’est pas forcément suivi de l’acte de consommation concrète du produit : c’est la différence entre les deux qui constitue le gaspillage, soit ici 21 % des produits alimentaires achetés par les Français…


Il fut un temps où rien de ce qui touchait à la nourriture n’était jeté : on accommodait les restes, comme on disait ; on faisait du « pain perdu » qui, justement, ne l’était pas ; et même les animaux de la maison participaient à « nettoyer les assiettes » au lieu de se nourrir des croquettes d’aujourd’hui parfois fort chères… Et puis, on donnait, au soir des dimanches d’agapes ou des après-midi d’anniversaire, des gâteaux et des fruits aux voisins ou à ceux qui, dans la rue, ne mangeaient pas tous les jours du chocolat… Une forme de solidarité traditionnelle qui était aussi dans la logique de cette prière catholique parfois récitée avant le repas, le « bénédicité », où l’on demandait à Dieu de donner du pain à ceux qui n’en avaient pas.


Dans cette lutte contre les gaspillages qui sont l’une des causes de la sous-alimentation et des déséquilibres alimentaires de quelques millions de nos compatriotes, mais aussi de plus d’un milliard de personnes sur cette planète, l’Etat a aussi un rôle à jouer, en particulier en favorisant la récupération et la redistribution des surplus des cantines de ses administrations, par exemple, et, surtout, par l’adoption de lois obligeant les collectivités locales, les lycées, etc. à faire de même, tout en respectant, bien sûr, des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire strictes


De plus, la question alimentaire en France peut trouver des réponses diverses et variées par une nouvelle politique d’aménagement du territoire qui permette de rapprocher un peu plus producteurs agricoles et consommateurs locaux, qu’ils soient ruraux, rurbains ou citadins. Là encore, voici un chantier que l’Etat et les pouvoirs publics régionaux et municipaux auraient tort de négliger, surtout en ces temps de crise et de pauvreté grandissante, mais aussi de colères montantes…


Mis à jour (Mardi, 16 Octobre 2012 23:09)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir