Nous avons 117 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Les royalistes en Mai 68. Partie 2 : L'Action Française à la veille de Mai 68, une "vieille dame" fatiguée ?

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Quand on pense à Mai 68, on pense rarement aux royalistes, même si, dans quelques articles (1) et livres (2) récents, ils sont évoqués, furtivement, et souvent comme de simples opposants anti-gaullistes au mouvement contestataire de Mai. Pourtant, leur rôle mérite d'être souligné et leurs idées, plutôt non-conformistes pour une certaine frange de ceux-ci, ne sont pas ridicules, loin de là, à la fois dans l'analyse et dans la réponse à Mai 68, à ses espérances comme à ses illusions, parfois totalitaires pour quelques unes. Se replonger dans les archives de l'Action Française est, à cet égard, extrêmement instructif et, même, enrichissant.


Mais, quand surgit Mai 68, que sont les royalistes ? Quels sont leurs moyens d'expression, leur corpus idéologique, leur visibilité ? En fait, au printemps 1968, le royalisme, c'est d'abord et presque exclusivement l'Action Française, du moins dans les kiosques, les facultés, les esprits. Malgré les choix politiquement dévastateurs faits par le maître d'icelle, Charles Maurras, durant une guerre qu'il avait pourtant bien et tristement prévue, et que ses compagnons de combat Bainville (dès le 14 novembre 1918, dans son fameux article « Demain » publié dans l'A.F. quotidienne) et Daudet (le terrible article du 1er février 1933, si juste, si prophétique) avaient eux aussi annoncée et dénoncée, et malgré le discrédit de l'après-guerre, le mouvement maurrassien a resurgi, sans doute plus faiblement qu'auparavant, et a refondé une presse nationale, certes de moindre influence que du temps du quotidien (1908-1944), mais qui s'affiche dans les kiosques et se crie dans les rues des grandes villes : Aspects de la France, hebdomadaire dirigé par Pierre Pujo, le fils d'un des fondateurs de la première A.F. ; mais aussi Amitiés Françaises Universitaires, lancé en 1955 et devenu au milieu des années 60 AF-Université, adressé au public lycéen et étudiant ; sans oublier quelques bulletins locaux ou catégoriels, comme L'Avenir Français, qui traite des questions sociales, ou L'Ordre Provençal, bulletin de l'Union Royaliste Provençale... Les chiffres de vente restent modestes, mais tout de même significatifs, et Aspects est régulièrement cité dans les revues de presse, et toujours bien lu au Palais-Bourbon.


Il y avait un autre grand hebdomadaire royaliste jusqu'en 1967, mais qui disparaît quelques mois avant les événements de Mai : La Nation Française, dirigé par le penseur Pierre Boutang et par son fidèle compagnon Philippe Ariès, n'a pas survécu aux remous et déchirures de la guerre d'Algérie et à l'échec de la restauration monarchique du comte de Paris, avortée en 1965 par la décision du général de Gaulle d'accomplir un second mandat présidentiel. De plus, durant toute son existence (1955-1967), cet hebdomadaire de grande qualité a sans doute souffert de ne pas disposer d'un mouvement militant (malgré quelques vaines tentatives à la fin des années 1950) et de relais de diffusion dans le monde des lycéens et étudiants. A sa disparition, La N.F. laisse quelques orphelins et le souvenir d'une occasion manquée pour le renouveau intellectuel du royalisme contemporain.



Au milieu des années 60, les militants royalistes sont rares, et La Restauration Nationale (héritière des organisations d'A.F. de l'avant-guerre), après l'échec de l'Algérie française, ne connaît une nouvelle vitalité que grâce à la volonté de quelques jeunes cadres, comme Hilaire de Crémiers, Patrice Sicard ou Bertrand Renouvin, et à l'esprit organisateur d'Yvan Aumont et de mainteneur de Pierre Juhel. Il y a aussi Pierre Debray qui joue un rôle de penseur non négligeable dans la formation des jeunes militants, en particulier lors des universités d'été du mouvement, le Camp Maxime Real del Sarte (du nom du fondateur des Camelots du Roi), qui se tient sur une quinzaine de jours chaque été en juillet. Des groupes de travail au sein de l'organisation planchent sur les questions économiques, universitaires ou sur la francophonie, et nourrissent les cercles d'études et les réflexions des jeunes militants, tandis que les bagarres au Quartier Latin renforcent les liens d'amitié et de compagnonnage politique.


Au début de 1966, le sabotage joyeux d'une réunion publique de Jean Lecanuet, ancien candidat centriste de l'élection présidentielle de l'hiver 1965 opposé à de Gaulle, vaut à l'A.F. une « reconnaissance » qui dépasse les milieux traditionnels de la Droite nationaliste : sur les papillons qui volent dans la salle de la Mutualité quand M. Lecanuet, excédé, insulte les jeunes royalistes, l'on peut lire « l'A.F., la seule opposition » ou « Contre l'Europe des trusts, l'A.F. », et les rieurs sont du côté des monarchistes... Mais, désormais, le combat contre l'européisme sera l'une des grandes constantes du combat nationaliste d'A.F. et marque sa différence majeure d'avec les groupes comme Occident ou ceux des anciens partisans de Tixier-Vignancour (lui aussi candidat face à de Gaulle en 1965) qui prônent une Europe fédérale, autant par antigaullisme que par conviction européenne profonde, comme le prouvera par la suite de sa carrière politique l'ancien dirigeant d'extrême-droite Alain Madelin...


Bientôt, à l'université de Nanterre au printemps 1968, Patrice Sicard observe et relate ensuite dans Aspects de la France les provocations d'un certain Cohn-Bendit, anarchiste revendiqué et agitateur habile...

 

 


(à suivre : les royalistes d'A.F. face aux Vietniks)

 


Notes : (1) : Le Figaro Magazine, vendredi 2 et samedi 3 mars 2018 ; L'incorrect, mars 2018.

(2) : Ludivine Bantigny, 1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018. Voir la page 205.