postheadericon L'intérêt d'une campagne électorale royaliste.

Après le temps de la présidentielle, nous voici dans le temps des législatives : près de 600 sièges à pourvoir et plus de 6.000 candidats qui briguent les suffrages des 44 millions d'électeurs français... Cette fois-ci, je n'en suis pas, certes, mais avec un certain regret : j'aime, je l'avoue, les campagnes électorales qui sont des moments particuliers de la vie politique et qui permettent de s'engager à fond pendant quelques semaines, avec l'objectif simple de faire entendre, de faire connaître la parole royaliste...

 

Non que je me leurre sur l'efficacité finale de la lutte électorale, quelle qu'elle soit, dont je sais qu'elle favorise d'abord ceux qui ont les moyens, les réseaux et les relais, et donc les partis « installés ». Que pèse alors le mouvement royaliste, avec ses divisions que l'on peut qualifier, pudiquement et parfois un peu hypocritement, de « diversité », et avec ses faibles moyens de bric et de broc ? Peu de chose, sans doute... Mais est-ce le plus important, en définitive, pour l'heure ? Si tout (ou presque) est à construire, alors construisons ! Si nous sommes invisibles, alors rendons-nous visibles et faisons-nous entendre !

 

De plus, les campagnes électorales sont aussi l'occasion d'écouter les autres, et j'ai constaté que le débat politique reste vif parmi nos concitoyens, même si c'est parfois sous l'angle de la colère ou du rejet : cet angle-là se traduisant par l'abstention, l'indifférence (plus apparente que réelle, parfois), ou le vote, désormais de plus en plus assumé, en faveur des partis protestataires ou « libertaires ».

 

Ecouter les autres, et leur répondre quand ils vous posent des questions : « et vous, les royalistes ? Vous allez y changer quelque chose ? Qu'est-ce que vous voulez ? Un roi ? Et pourquoi pas la reine des gitans, tant qu'on y est ? Ah, si, je veux bien être pour le roi, si c'est moi, le roi ! »... Et parfois, les discussions nous mènent sur des terres inconnues, sur des objets méconnus,  sur des temps passés ou à venir... Il m'est arrivé de « refaire le monde », ainsi, en ouvrant des pistes nouvelles de réflexion et en forçant les portes de l'imagination, de cette imagination qui manque parfois cruellement au personnel politique : de l'imagination et de la proposition, pas de la promesse que l'on ne peut tenir, soit parce que l'on ne sera pas élu, soit parce que, même élu, on n'y a jamais cru... Oui, décidément, j'aime les campagnes électorales : l'odeur de la colle et des affiches, des petits cafés dans lesquels on s'engouffre après la distribution de tracts et où l'on poursuit la discussion, des kilomètres avalés pour aller prêcher la bonne parole dans des villages parfois oubliés de tous, etc.

 

 

Candidat royaliste en 2005, face à M. Patrick Devedjian, dans les Hauts-de-Seine... (photo de F.X. Seren)

 

Si, pour une fois, je ne suis pas dans l'arène en tant que candidat, d'autres y sont et portent haut et fièrement les couleurs du royalisme : une trentaine de monarchistes (une première, par le nombre, en France depuis les années trente...), sous l'étendard de l'Alliance Royale, sont présents à ces législatives. Dans les Yvelines, trois candidats dont l'ami Cyril dans la 10ème circonscription, celle qui va d'Autouillet à Rambouillet...

 

Bien sûr, il y a les copies d'histoire-géo qu'il faut finir de corriger, et les préparations de cours à peaufiner... Mais, les moments libres que me laisse mon travail vont être autant de moments royalistes : il y a tant de panneaux électoraux à couvrir, de gens à visiter, de tracts à distribuer, de réponses à fournir...

 

Une vingtaine de jours de campagne, c'est à la fois court et épuisant, mais c'est aussi exaltant, et la présence de candidats royalistes mérite que l'on s'engage tant que l'on peut, non pour grappiller des voix mais pour ouvrir des voies à l'idée royale, au sein du monde politique comme de la société française... Ce n'est pas le nombre de voix qui, pour l'heure, compte, mais la valeur de témoignage et celle, encore plus importante, de proposition qu'incarne la présence royaliste sur la scène électorale.